Williams: les qualifications en Q3 ne sont pas inévitables

Se rapprochant de la Q3 à Imola, Dave Robson a minimisé les suggestions selon lesquelles il est «inévitable» que Williams se rende aux tirs au but cette saison.

George Russell se révèle une fois de plus être Mr Saturday, le pilote Williams, l’une des stars des qualifications.

Le Britannique a atteint la Q2 en trois fins de semaine de trois grands prix, manquant une place en Q3 de 0,123 s à Imola et de seulement 0,057 s sur le circuit de l’Algarve.

Certains suggèrent qu’il est inévitable que Williams atteigne la Q3 avant la fin de la saison.

Robson, responsable de la performance des véhicules chez Williams, admet qu’il reste «beaucoup de travail» à faire pour que cela se produise.

«Il y a encore beaucoup de travail à faire, c’est sûr», a-t-il déclaré à Autosport.

“[But] Je pense que nous allons dans la bonne direction – la dynamique est bonne.

«Je suis content que nous ayons sauvegardé la performance à Imola [in qualifying]. Il y a encore beaucoup de travail à faire.

«Alors oui, je ne dirais pas que c’est inévitable. Nous poussons vers ce top 10, mais cela dépend tellement de la façon dont chaque équipe développe sa voiture au cours des prochaines semaines.

«Il reste encore beaucoup à faire, mais [I’m] beaucoup plus d’espoir qu’il y a 12 mois. Certainement – c’est bon.

Montrez votre soutien à Williams avec sa dernière collection officielle de marchandises

Russell est arrivé au Grand Prix du Portugal sous un nuage, le pilote Williams fortement critiqué pour son crash avec Valtteri Bottas qui a coûté des points aux deux pilotes à Imola.

La réaction de Russell à l’accident, une gifle à Bottas, ne s’est pas bien passée non plus.

Depuis, il s’est excusé, admettant qu’il doit apprendre à gérer «gérer les choses différemment».

Robson a été impressionné par la réponse de son chauffeur.

«Je pense qu’il était très sensé et mûr pour comprendre ce qui s’était passé et pourquoi, et les conséquences de cet incident», a-t-il déclaré.

«C’est juste lui qui grandit, n’est-ce pas, et je pense qu’il faut vivre des expériences comme ça pour savoir comment y faire face à l’avenir.

«Donc, fair-play pour lui, je pense que c’était un assez bon effort de sa part par la suite d’admettre qu’il avait eu un peu de chance d’y réfléchir et qu’il ferait à nouveau différemment.

Suivez-nous sur Twitter @ Planet_F1 et aimez notre page Facebook.