WW3 3 news: Craintes nucléaires alors que la Chine regarde l’Australie sur l’alliance AUKUS | Monde | Nouvelles

Plus tôt cette semaine, la nouvelle coalition militaire a été annoncée par Joe Biden, Boris Johnson et Scott Morrison. Bien que cela n’ait pas été dit explicitement, les experts considèrent largement cela comme une mesure visant à contenir une Chine de plus en plus agressive.

La Grande-Bretagne, l’Amérique et l’Australie partageront des recherches avancées, notamment sur les drones sous-marins et l’intelligence artificielle.

Le Royaume-Uni et les États-Unis aideront également l’Australie à construire une flotte de sous-marins à propulsion nucléaire.

Cela a suscité la fureur du Global Times, un journal contrôlé par le PCC au pouvoir en Chine.

Selon The Independent, il a averti que l’accord pourrait faire de l’Australie la cible d’une frappe nucléaire.

S’adressant au Global Times, des sources militaires chinoises ont affirmé que les nouveaux sous-marins australiens pourraient être modernisés pour transporter des armes nucléaires, faisant de l’Australie une menace.

L’un d’eux a affirmé qu’il serait « facile pour les États-Unis et le Royaume-Uni de déployer des armes nucléaires et des missiles balistiques lancés par des sous-marins sur les sous-marins australiens ».

L’Australie, la Grande-Bretagne et l’Amérique insistent tous sur le fait que même si les sous-marins seront à propulsion nucléaire, ils ne le seront pas.

Cependant, il n’y a actuellement aucun pays non doté d’armes nucléaires dans le monde qui entretient une flotte de sous-marins nucléaires, bien que le Brésil ait l’intention de le faire.

LIRE LA SUITE: Chaos australien – Des manifestants anti-verrouillage de Melbourne défoncent la ligne de police – VIDEO

Un autre article du Global Times affirmait : « Les troupes australiennes sont également très probablement le premier groupe de soldats occidentaux à perdre leur vie en mer de Chine méridionale. »

Pékin est enfermé dans un différend sur la mer de Chine méridionale, qu’il revendique principalement comme son territoire souverain.

Cela chevauche les revendications rivales d’un certain nombre de ses voisins, dont les Philippines, le Vietnam et Taïwan.

Les puissances occidentales refusent d’accepter la revendication chinoise de souveraineté et envoient régulièrement des navires de guerre en patrouille de « liberté de navigation » dans la région.

Après l’annonce de l’alliance AUKUS, M. Biden, M. Johnson et M. Morrison ont publié une déclaration commune expliquant son objectif.

Ils ont déclaré : « Grâce à AUKUS, nos gouvernements renforceront la capacité de chacun à soutenir nos intérêts de sécurité et de défense, en s’appuyant sur nos relations bilatérales de longue date et en cours.

« Nous allons promouvoir un partage plus approfondi de l’information et de la technologie. Nous favoriserons une intégration plus poussée de la science, de la technologie, des bases industrielles et des chaînes d’approvisionnement liées à la sécurité et à la défense.

« Et en particulier, nous approfondirons considérablement la coopération sur une gamme de capacités de sécurité et de défense.

« En tant que première initiative de l’AUKUS, reconnaissant notre tradition commune en tant que démocraties maritimes, nous nous engageons dans une ambition commune de soutenir l’Australie dans l’acquisition de sous-marins à propulsion nucléaire pour la Marine royale australienne. »

Après que le Royaume-Uni et les États-Unis se soient engagés à aider l’Australie à construire des sous-marins à propulsion nucléaire, Canberra a annulé un contrat français lucratif pour des sous-marins diesel.

Cela a suscité la fureur à Paris, qui a retiré ses ambassadeurs des États-Unis et d’Australie.

Le ministre français des Affaires étrangères a affirmé que son pays avait subi un « coup de poignard dans le dos ».

Jean-Yves Le Drian a déclaré : « C’était vraiment un coup dans le dos.

« Nous avons construit une relation de confiance avec l’Australie, et cette confiance a été trahie. Cela ne se fait pas entre alliés.

Share